Un petit mot sur l’Association « Les Amis du Bac à Voile – Président Pierre MALLET » et sur les bacs à voile en général. En 1989, l’idée de Pierre MALLET et quelques amis est annoncée au public nombreux de la fête des bateaux de GUJAN MESTRAS. Le Bassin d’ARCACHON inscrira son projet de construction d’un Bac à Voile au concours « Bateaux des Côtes de France » organisé par le CHASSE MAREE.

En 1990, la construction démarre avec une implication importante de la population des communes du Bassin.

En 1991, le bateau est mis à l’eau le 13 Juillet, baptisé par Viviane MALLET (son mari décédé accidentellement n’a pas vu le projet aboutir).

En 1992, le Président Pierre MALLET et son équipage se rendait à BREST où sont jugés 100 projets.

Il reviendra sur le Bassin avec 3 prix :

  • – bateau ponté de moins de 12 mètres
  • – implication de la population dans le projet
  • – originalité du safran sur pivot.

En 1993, l’Association « Les Amis du Bac à Voile Pdt Pierre MALLET » est créée avec pour but de faire naviguer le bateau (cela fait 15 ans que ça dure) et de favoriser la construction d’autres Bacs à Voile.

Aujourd’hui 12 bacs à voile naviguent (les premiers plans ont été fournis par l’Association).

16 ans après sa mise à l’eau, l’Association est forte d’en moyenne 130 membres individuels et familles, une demi douzaine d’Associations et autant d’entreprises partenaires, soit environ 400 personnes qui gravitent autour du Bac à Voile et qui naviguent en moyenne 75 jours chaque année.

C’est également la 16ème année d’entretien du bateau par les membres de l’Association.

Qu’est-ce qu’un Bac à Voile :

Une évolution logique des bateaux de travail du Bassin d’ARCACHON à la fin du XIX siècle et au début du XX siècle.

Au départ, il y a eu la pinasse à voile et à rames, pour porter plus de choses et servir à l’ostréiculture. Les professionnels ont construit une sorte de barque avec peu de tirant d’eau, large, et comme il n’y avait que la voile pour naviguer, ils ont rajouté à ce chaland une dérive, un mât et un safran.

Voilà nos bacs à voile que le charpentier Auguste BERT a développés en s’inspirant des SKIPJACK de la baie de CHESAPEAK.

Mais le moteur est arrivé, de petite puissance au départ, on a donc motorisé des pinasses à voile.

Les pinasses ont tracté des chalands et on a motorisé les chalands ; c’est la naissance du bac ostréicole (il finira en alu !).

Mais c’est aussi la mort du Bac à Voile bien que reprenant du service pendant les périodes de pénurie d’essence, on est dans les années 30-40.

Quand la construction du Pdt Pierre MALLET a débuté, il n’y avait aucun exemplaire naviguant ici et très peu de gens ayant navigué sur un Bac à Voile.

Pourquoi un Bac à Voile :

  • – simplicité de construction (l’objectif est le concours du CHASSE MAREE) par rapport à la chaloupe
  • – navire, finalement de conception très moderne : dériveur – voile aurique – avec grand voile et foc ; donc de navigation facile
  • – faible tirant d’eau, parfaitement adapté au plan d’eau du Bassin
  • – convivialité du bateau pour la navigation, la balade, la régate……….
  • – coût d’entretien réduit.

Effectivement 17 ans plus tard, tout se vérifie…………

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>